Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Menu Inscription
Chercher
Menu Principal
Réservé aux Membres
Liens Utiles
Qui est en ligne
7 Personne(s) en ligne (7 Personne(s) connectée(s) sur Forum)

Utilisateurs: 0
Invités: 7

plus...


Parcourir cette discussion :   1 Utilisateurs non enregistré en ligne






Oeuvre d'art
#1
vieux sage
vieux sage


Informations utilisateur
Suite à un rendez vous chez un passionné auto/moto, ancien préparateur chez Asiatec, pour la formule 1, il m'a montré quelques belles pièces faites à la main pour F1 ou Peugeot 905:

[img width=800]Image redimensionnée[/img]

[img width=800]Image redimensionnée[/img]

[img width=800]Image redimensionnée[/img]

La longueur entre la sortie et l'entrée est la même au millimètre prêt !

Date de publication : 05/12/2017 19:03
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Oeuvre d'art
#2
Membre du
Membre du


Informations utilisateur
Dans la vie il faut voir les choses en grand

Image redimensionnée


Image redimensionnée



Date de publication : 05/12/2017 19:10

Modifié par : Le-Outard le 06/12/2017 19:09:41
Un bon Dauphinois se doit d'être bien......... Gratiné
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Oeuvre d'art
#3
vieux sage
vieux sage


Informations utilisateur
J'ai eu l'occasion de passer dans les locaux de Asiatec juste avant la vente aux enchères du matériel suite à la liquidation de la société.

Les pièces d'un moteur de formule 1 sont impressionnantes.
Le diamètre d'une queue de soupape c'est presque la moitié par rapport à un moteur classique.
Un piston n'est plus qu'un disque avec un seul segment et un tout petit moignon pour se fixer sur le pied de bielle.
Le début de la séparation des conduits d'admission pour entrer dans le même cylindre c'est presque aussi tranchant qu'un couteau.
Une bielle, c'est tout fin avec la partie centrale évidée.
Les échappements étaient de toute beauté avec aucun raccord visible

Dans l'exposition ne figuraient pas des parties essentielles : la commande de soupapes et l'injection. Technologies trop sensibles ou couvertes par des brevets ?

Il y avaient aussi des bancs de test pour monocylindre. A priori les motoristes essayent d'abord des solutions sur un monocylindre avant de passer à un multicylindre

Happy, est ce que la personne que tu as rencontrée accepterait de répondre à quelques questions?





Date de publication : 06/12/2017 00:55
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Oeuvre d'art
#4
vieux sage
vieux sage


Informations utilisateur
Je lui en parle à la prochaine revoyure;
Quand j'ai discuté sur le fait de polir les conduits d'admission (clin d'œil Gilou), il m'a répondu que ça ne servait pas à grand chose.
Eux le faisait, polissage des admission, puis microbillage après afin d'avoir un peu de grains sur ces admissions,
pour favoriser la pulvérisation des gouttelettes d'essence.
Par contre, ils polissaient également les bielles, et ça faisait gagner de la puissance !

Date de publication : 06/12/2017 06:00
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Oeuvre d'art
#5
vieux sage
vieux sage


Informations utilisateur
Citation :

happyman a écrit :
Quand j'ai discuté sur le fait de polir les conduits d'admission (clin d'œil Gilou), il m'a répondu que ça ne servait pas à grand chose.
Eux le faisait, polissage des admission, puis microbillage après afin d'avoir un peu de grains sur ces admissions,
pour favoriser la pulvérisation des gouttelettes d'essence.


En fait c'est un problème de mécanique des fluides.
Dans un écoulement de fluides, la zone où le fluide est en contact avec un solide s'appelle couche limite. On cherche à conserver le plus longtemps possible la stabilité de cette couche limite. Quand cette stabilité cesse, se forment des turbulences qui sont synonyme de pertes d'efficacité et d'énergie.
Le cas le plus connu de recherche de stabilité de la couche limite concerne les ailes d'avion. On s'est aperçu que l'état de surface du solide avait bien évidemment une importance et que les exigences en la matière dépendait de la vitesse de l'écoulement/

Dans les faibles ou moyennes vitesses, il vaut mieux une surface lisse et, au delà, un état de surface un peu rugueux est plus efficace. Il arrive un moment où il se forme une pellicule très mince qui s'accroche aux rugosités et qui favorise la formation, le glissement et la stabilité de la couche limite.

C'est pourquoi certaines compagnies aériennes applique une peinture avec granulométrie contrôlée sur les ailes de leurs avions.

C'est exactement la même chose pour les conduits d'admission des moteurs. D'ailleurs pour des moteurs tournant très vite, on est dans les mêmes ordres de vitesse d'écoulement d'air.


Date de publication : 06/12/2017 08:52
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Oeuvre d'art
#6
Membre du
Membre du


Informations utilisateur
Citation :

Grand_Lu a écrit :
Dans un écoulement de fluides, la zone où le fluide est en contact avec un solide s'appelle couche limite.



Au VRCC, en terme d'écoulement des fluides, c'est sûr y en a qui sont limites

Date de publication : 06/12/2017 19:11
Un bon Dauphinois se doit d'être bien......... Gratiné
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut








[Recherche avancée]


Site realise par Clyde avec : XOOPS 2.5 © 2001-2015 The XOOPS Project